La mobilité croissante des salariés entre les sites des entreprises mais aussi à l’extérieur de l’entreprise, l’accroissement du télétravail et du travail depuis la maison amènent les entreprises à revoir la façon dont elles délivrent leurs applications à leurs salariés. De plus en plus, c’en est fini de l’immuable poste de travail fixe verrouillé au bureau. Les salariés se connectent au réseau de l’entreprise depuis leurs PC portables mais aussi depuis une multitude d’autres terminaux tels que des tablettes.

Cette multiplication des terminaux, dont certains ne sont même pas la propriété de l’entreprise – mais plutôt des terminaux apportés par les salariés – amène de nombreuses entreprises à chercher le meilleur moyen pour délivrer de façon sûre et performante un environnement de travail homogène à leurs salariés, tout en leur laissant un choix de plus en plus large en matière de terminaux et de modes d’accès.

Les principaux avantages d’un déploiement VDI selon IDC

Selon le cabinet d’études IDC, les entreprises qui ont adopté la virtualisation des postes de travail ont rapidement identifié des bénéfices importants en terme d’administration, de coûts et de fonctionnalités.
Ces bénéfices peuvent être classés en trois grandes catégories :

  • Bénéfices quantifiables :
    Le fait de faire tourner les environnements utilisateurs dans des VM sur les serveurs permet d’alléger les postes clients, ce qui ouvre la voie à une réduction drastique du coût des postes clients, soit en étendant la durée de vie des postes existants, soit en les remplaçant par des clients légers. L’administration des postes clients virtualisés est aussi largement simplifiée ce qui permet d’optimiser le travail de l’IT. De plus, la virtualisation des postes de travail peut améliorer la productivité des utilisateurs et augmentant la fiabilité des postes de travail et en réduisant le besoin d’appels au support. IDC indique toutefois que ces gains peuvent être en partie effacés par les coûts nécessaires à la mise en place de l’infrastructure de virtualisation de postes de travail.
  • Bénéfices fonctionnels :
    La virtualisation des postes de travail déplace les données du poste client vers le datacenter et réduit donc au passage les risques de sécurité qui pèsent sur l’organisation. La sauvegarde des données est aussi facilitée par le fait que les données résident dans le datacenter, ce qui permet aussi d’assurer le respect des règles de conformité. La reprise après désastre est aussi simplifiée car l’IT peut très facilement restaurer les postes de travail à leur dernier état connu.
  • Bénéfices organisationnels :
    Les tensions traditionnelles entre l’IT et les autres pans de l’entreprise peuvent être réduites grâce à la virtualisation. Comme les environnements virtualisés sont plus simples à gérer et plus sûrs que les postes traditionnels, l’IT peut laisser plus de liberté aux utilisateurs. Les bureaux virtualisés peuvent aussi contribuer à une meilleure expérience utilisateur, notamment par rapport à celle que procure des PC vieillissant. Enfin, la virtualisation permet un accès aux environnements de travail depuis tout lieu et à toute heure et ce depuis tout type de périphérique, ce qui peut contribuer à améliorer la satisfaction des utilisateurs.

Et comme c’est le cas dans le monde des serveurs, c’est encore une fois la technologie de virtualisation qui vient à la rescousse, mais cette fois-ci pour les environnements clients. Avec des technologies VDI comme VMware View ou Citrix XenDesktop, il est ainsi possible pour les entreprises de simplifier considérablement la fourniture d’environnements de travail à la fois homogènes et personnalisés à leurs salariés et d’accroître au passage leur agilité, leur performance ainsi que la disponibilité de ces environnements.

Mettre en place la virtualisation des postes de travail peut aussi permettre de réduire considérablement les coûts tout en augmentant de façon significative la sécurité des postes de travail mais aussi et surtout celles des informations. Les données d’un poste de travail virtualisé continuent en effet le plus souvent à résider sur des serveurs dans le datacenter de l’entreprise ou sont protégées par un chiffrement de classe militaire sur le poste de travail, empêchant ainsi toute perte ou vol de données, en cas de perte ou de vol du terminal lui-même. En couplant les solutions de Vmware et Citrix à celle de RSA Security, on peut assurer une étanchéité quasi parfaite de l’infrastructure et garantir ainsi la protection du patrimoine informationnel de l’entreprise, une tâche quasi-impossible à réaliser avec des environnements informatiques traditionnels.

Des services pour bien planifier son déploiement VDI

Afin de simplifier le déploiement de telles solutions, EMC a mis en place avec VMware et Citrix des architectures de références, qui visent à faciliter et à accélérer le déploiement de solutions de virtualisation des postes de travail. Des solutions qui sont d’autant plus pertinentes que dans nombre d’entreprises, la multiplication des terminaux se couple à des problématiques de déploiement de Windows 7.

Avec les services d’EMC, les clients peuvent élaborer une analyse économique précise du coût de déploiement d’une solution de virtualisation des postes de travail et obtenir une indication du retour sur investissement d’une telle solution. EMC les accompagne aussi dans la conception et la mise en œuvre de leurs environnements dans le cadre d’une approche holistique qui intègre l’ensemble des éléments du SI, de l’analyse de l’existant au dimensionnement de l’infrastructure – et notamment du stockage, un point clé pour la réussite d’un déploiement VDI – en passant par la sécurisation de l’infrastructure, la définition des catalogues applicatifs ou la réalisation des tests de compatibilité des applications… L’objectif du constructeur est ainsi d’accélérer les déploiements, tout en augmentant l’utilisation de l’infrastructure existante, mais aussi de rationaliser les processus généralement fastidieux de maintenance bureautique et de mises à jour.

Des infrastructures optimisées pour la virtualisation des postes de travail

Dans le cadre de son programme d’architectures prêtes à l’emploi VSPEX, EMC propose des configurations prévalidéees, adaptées au déploiement à grande échelle de VMware View ou de Citrix XenDesktop. Les plates-formes de stockage unifiées d’EMC sont aussi particulièrement adaptées au déploiement de telles architectures qui posent des défis inédits aux infrastructures traditionnelles notamment en matière d’entrées sorties – 500 postes de travail en mode VDI – génèrent bien plus d’I/O que les plus exigeantes des applications serveurs habituellement en service dans les entreprises. C’est dans ces scénarios que l’expérience du stockage Flash d’EMC produit tous ses effets.

Les outils embarqués dans les baies comme EMC Fast Cache et Fast VP, permettent par exemple de tirer partie des disques SSD installés dans les baies pour absorber les pics d’entrées sorties correspondant aux « tempêtes de démarrage » (ou boot storm) caractéristiques des environnements VDI (Selon EMC une baie VNC faisant usage de FAST peut booter 1000 desktop en moins de 8 minutes). En utilisant ainsi de façon optimale les SSD, les outils Fast permettent d’optimiser l’usage de la baie et notamment d’éviter de recourir à un grand nombre de disques rapides SAS. Au passage, ces technologies permettent d’abaisser de façon significative les coûts d’une solution VDI, dans la mesure où le stockage représente environ 40% des coûts d’un déploiement VDI traditionnel. Notons enfin que la console d’administration intégrée des VNX et VNXe dispose de fonctions spécifiques pour la gestion des environnements XenDesktop.

En savoir plus :

Enregistrez vous pour télécharger 4 livres blancs EMC
sur la virtualisation des postes de travail