Les années 2000 ont vu une explosion de l’usage du stockage réseau, une explosion dopée par l’adoption de la virtualisation – qui suppose l’utilisation de technologies de stockage partagé pour la mise en oeuvre des fonctions avancées, comme la mobilité de VM – puis par l’explosion des besoins de stockage de fichiers.

SAN vs NAS

Dans un premier temps, ces deux besoins ont été satisfaits par des baies de stockage différentes. Pour les applications nécessitant un accès en mode bloc, telles que les bases de données, les applications transactionnelles ou la messagerie, les entreprises se sont tournées vers les baies SAN (Storage Area Network). Pour le stockage et le partage de fichiers, elles se sont équipées de baies NAS (Network Attached Storage).

Dans les deux cas, l’idée générale est que les données ne sont plus stockées localement sur les disques dur des serveurs mais sur des baies de stockage dédiées, capables de mutualiser leur capacité pour la mettre à disposition de multiples serveurs. La différence réside dans la méthode utilisée pour partager cette capacité.

Lexique :

CIFS (ou SMB) : protocole de partage de fichiers réseau compatible Windows.

FCoE : protocole de stockage SAN permettant d’encapsuler le protocole FC sur réseau Ethernet.

Fibre Channel (FC) : désigne à la fois une technologie réseau et un protocole de stockage SAN en mode bloc permettant la transmission de commandes SCSI sur le réseau FC.

iSCSI : protocole de réseau SAN en mode bloc permettant la transmission de commandes SCSI sur IP.

NAS : Network Attached Storage. Désigne une technologie de stockage en réseau en mode fichier basée sur les protocoles NFS ou CIFS.

NFS : Network File System. Protocole de partage de fichiers Unix.

SAN : Storage Area Network. Désigne une technologie de stockage réseau en mode bloc basée sur des protocoles comme iSCSI, Fibre Channel ou FcoE.

Les baies SAN utilisent des protocoles d’accès comme Fibre Channel ou iSCSI et partagent leur capacité sous la forme de volumes logiques. Ces derniers sont utilisables comme des disques locaux par les serveurs et sont donc accessibles en mode bloc. Les baies NAS mettent quant à elles leur capacité disponible à disposition des serveurs sous la forme d’un partage réseau accessible via un protocole de partage de fichiers en réseau comme NFS ou CIFS (le protocole de partage de fichiers en réseau de Windows aussi connu sous le nom SMB).

Des différences qui s’estompent

Historiquement, les deux approches répondaient à des besoins différents : en général, les serveurs NAS étaient une alternative aux traditionnels serveurs de fichiers. Les baies SAN, de leur côté, ciblaient plutôt les applications exigeantes, avec des besoins de haute disponibilité.

La séparation entre les deux catégories de produits tend toutefois à disparaître. Tout d’abord parce que les applications sont de moins en moins sensibles à la nature des protocoles de stockage utilisés. Ainsi, il est possible de déployer des environnements virtualisés performants à la fois sur des baies SAN ou sur des baies NAS. Il en va de même des applications de messagerie ou de bases de données (par exemple avec l’utilisation du client dNFS – direct NFS – d’Oracle).

Ensuite, parce que les baies SAN et NAS ont tendance à converger pour donner naissance à une nouvelle catégorie de systèmes de stockage, les baies de stockage unifié. La plupart des grands constructeurs proposent ainsi désormais à leur catalogue de tels systèmes. EMC a lancé en janvier 2011 les gammes VNX et VNXe deux familles de baies unifiées qui viennent remplacer les baies SAN Clariion et la gamme de baies NAS Celerra.

Enfin, parce que la convergence des réseaux vers Ethernet encourage le mouvement vers les baies unifiées. Avec l’avénement de protocoles comme iSCSI ou FcoE, un seul et même réseau Ethernet suffit pour supporter l’ensemble des fonctions d’une baie unifiée, une convergence réseau qui permet de simplifier les architectures et de réduire les coûts.

  • Facebook
  • Twitter
  • Google
  • LinkedIn
  • Viadeo FR
  • Netvibes