Dans le courant du printemps, l’intégrateur et « cloud builder » APX a mené une étude auprès de 128 sociétés françaises (dont un peu plus de la moitié dans des PME de moins de 1000 salariés) afin de mieux connaître leur perception du cloud et avoir une photo de leurs projets de Cloud Computing en 2013. L’étude est rassurante sur la maturité cloud des répondants et vient aussi lever un certain nombre de mythes sur l’usage (ou le non usage) du cloud par les entreprises françaises.

A propos d’APX

logo

APX est l’un des leaders français de l’intégration informatique et de l’assemblage de cloud. La société aide les entreprises à transformer leurs architectures informatiques afin de les adapter à l’ère du cloud.

APX a été l’un des premiers à fournir une solution de cloud computing intégrée spécifiquement conçue pour les entreprises, l’offre vPack. Cette offre de datacenter prêt à l’emploi s’appuie sur les serveurs de Cisco, le stockage EMC et la virtualisation de VMware. Elle est aujourd’hui déclinée en trois versions, une mouture datacenter pour la fourniture de services de cloud privé IaaS, une mouture « End-User » pour délivrer des services de postes de travail virtualisés (VDI) et une version PRA (en partenariat avec l’opérateur Complétel), pour fournir un service complet de reprise après désastre.

APX ce sont près de 400 collaborateurs répartis sur l’ensemble du territoire, et notamment plus de 300 ingénieurs spécialisés dans les technologies stockage, réseau, serveur, virtualisation, provisioning et supervision, dont l’objectif est de faire que la technologie soit synonyme de réussite pour votre entreprise.

APX en chiffres :

  • 400 collaborateurs, dont plus de 300 ingénieurs
  • 140 M€ de Chiffre d’Affaires (38% en Services et 62% dans les Technologies), dont 70% réalisés en province
  • 7 directions régionales, 13 agences commerciales
  • 1 centre de démonstration cloud (Solution Center)
  • 3 Centres de support (Virtualisation, Operating System et Data Management)

Si 14,9% des répondants affirment toujours ne pas avoir une bonne connaissance du cloud, 64,1% d’entre eux expliquent avoir une connaissance partielle du cloud et 21,9% en avoir une connaissance parfaite. Sans surprise, 63,3% indiquent qu’ils considèrent le Cloud Privé comme le modèle de Cloud le plus adapté et le plus sécurisé pour leurs usages. 33,6% misent quant à eux sur le cloud hybride, tandis que 7% avouent leur préférence pour le cloud public. Sur le total, 15,6% misent sur le cloud privé open source.

Leur existant est différent : 64,8% de ces entreprises exploitent déjà leur informatique en externe et en interne avec le recours de prestataires tiers. 32,8% exploitent leur informatique en interne uniquement tandis que 2,3% n’ont recours qu’à des prestataires tiers.

L’un des points les plus intéressants de l ‘étude est qu’elle met en lumière les principaux bénéfices attendus du modèle Cloud Computing. Et surprise, ce ne sont ni les coûts ni le modèle de facturation qui arrivent en premier, preuve s’il en est que de plus en plus les clients ont appris à faire la différence entre le modèle de facturation  à la demande et le cloud. Ainsi c’est la disponibilité des ressources à la demande qui est le principal avantage cité par les répondants (57, 8%) juste devant l’accélération de la mise en œuvre et des délais de déploiement (54,7%). La baisse des coûts n’arrive qu’en troisième position (34,4%) devant la facturation à la consommation (29,7%)

Sans réelle surprise, les entreprises interrogées continuent à considérer la sécurité et la confidentialité des informations comme le principal obstacle à l’adoption du cloud computing (51,6%) tandis que 50% considèrent que c’est la fiabilité des accès réseaux qui est aujourd’hui le principal obstacle. Ensuite viennent les inquiétudes en matière de dépendance vis à vis d’un unique fournisseur (phénomène de « lock-in »), de réversibilité et de perte de contrôle des données confiées au prestataire (respectivement 37,5%, 36,7% et 35,2%). La localisation géographique des données suit de peu avec 32% de répondant, juste devant les contraintes légales (31 ,2%).

Cloud Computing

Des productions informatiques déjà massivement virtualisées et des projets Cloud concrets

L’étude montre que 93,5% des entreprises interrogées ont déployé des solutions de virtualisation. Un peu plus d’un tiers de ces sociétés ont déjà virtualisé plus de 76% de leur infrastructure tandis que 25,8% ont virtualisé entre 51% et 75%.

78,9% des entreprises interrogées utilisent VMware, tandis que 20,3% utilise Hyper-V. 7,8% mettent en œuvre Oracle VM tandis que le solde se partage entre KVM, Xen et d’autres hyperviseurs.

Hyperviseurs

Cette adoption massive de la virtualisation dans les entreprises est visiblement une première étape importante pour le déploiement de projets cloud. Sur les 128 sociétés interrogées, 27,3% ont déjà réalisés un ou plusieurs projets cloud ou ont un projet en cours de réalisation. 23,4% sont en réflexion ou lanceront prochainement un projet de cloud privé et 5,5% sont en réflexion ou lanceront prochainement un projet de cloud public. 27,3% entendent poursuivre leurs efforts de virtualisation dans l’immédiat et n’ont pas encore de projet cloud. 16,4% n’envisage pas de faire appel au cloud.

A la recherche de fournisseurs français… ou européens

Un dernier point mis en lumière par l’étude APX-EMC est l’attachement des entreprises à l’utilisation de fournisseurs de cloud français et à la limite européens. Ainsi 88,3%  des entreprises  accepteraient d’utiliser un fournisseur de cloud disposant de capacités d’hébergement en France et 36,7% un fournisseur disposant de datacenters en Europe (au sein de l’Union Européenne). La proportion tombe à 3,1% pour l’utilisation de capacités cloud en Amérique du Nord, à 2,3% pour l’utilisation de capacités situées en Asie et à 1,6% pour des pays européens situés hors de l’UE.

Notons que dans 39, 8% des cas, les entreprises privilégient des SSII ou des intégrateurs pour leurs projets de cloud privé contre 33,6% pour des constructeurs ou éditeurs. 20,3% feraient confiance à un hébergeur tandis que 6,2% privilégieraient un opérateur Télécom. Ces chiffres viennent confirmer des études précédentes montrant l’attachement des entreprises pour des partenaires de proximité pour la réalisation de leurs cloud privés.

cloud

  • Facebook
  • Twitter
  • Google
  • LinkedIn
  • Viadeo FR
  • Netvibes