L'Hôtel Dieu à Nantes (photo : CHU de Nantes)

L’Hôtel Dieu à Nantes (photo : CHU de Nantes)

Le Centre Hospitalier Universitaire de Nantes s’attache à remplir les trois principales missions dévolues aux hôpitaux universitaires : les soins, la recherche, l’enseignement. Avec ses neuf établissements sur Nantes et son agglomération, une vingtaine de sites périphériques plus petits et plus de 3000 lits, il reste le premier employeur de la région, soit 11 535 personnes.

Le CHU de Nantes héberge aujourd’hui plus de 180 applications métiers, qui servent les intérêts de nombreuses spécialités au sein de son institution. 90 % d’entre elles sont virtualisées, dont plusieurs dizaines de bases de données Oracle. Le parc intègre des systèmes d’exploitation très variés. Dès 2009, un projet de plan de secours a amené la DSI à réfléchir à de nouvelles solutions, plus innovantes, en matière de reprise d’activité. En cas de désastre, il fallait assurer un plan de secours cohérent sur tous les établissements, ainsi qu’une reprise d’activité rapide et automatisée.

Le projet en bref

logo chu nantes

Secteur d’activité

  • Santé

Le CHU de Nantes en chiffres

  • 9 Hopitaux
  • 11 500 salariés
  • 2627 lits salariés

Challenge

  • Rénovation de l’infrastructure de stockage
  • Mise en place d’un PRA automatique
  • Meilleure gestion des environnements virtualisés
  • Prise en compte des environnements physiques

Solutions retenues

  • Plusieurs baies de stockage EMC VNX
  • Fonctionnalités FAST Suite
  • 2 clusters EMC VPLEX Metro
  • Sauvegarde avec Avamar
  • Unisphere

Résultats

  • Automatisation du PRA
  • Evolutivité de la solution
  • Gains de performance sur les baies de stockage
  • Souplesse d’administration

Une solution couplant VNX et VPLEX METRO

Le CHU recherche alors la meilleure solution pour répondre à ses besoins. L’équipe informatique avait déjà travaillé à un rafraichissement technologique de son infrastructure de stockage en remplaçant ses baies de stockage EMC CLARiiON arrivées en fin de vie, par des systèmes de la gamme de EMC VNX. Une occasion de repartir de zéro en terme d’architecture et de régler les problèmes de performance existants, notamment grâce à l’utilisation massive des pools de stockage en auto-tiering, tout en permettant d’envisager une évolutivité à un coût raisonnable.

Satisfaite de ses relations avec EMC, l’équipe s’est donc naturellement tournée vers le constructeur pour son projet de PRA, et s’est rapidement orientée vers la solution VPLEX Metro, qui répondait aux besoins de scalabilité et de coûts. Deux clusters situés dans deux salles différentes et distantes d’une quinzaine de kilomètres sont donc prévus. La phase de déploiement mais aussi le suivi et le pilotage sont entièrement pilotés par EMC (Consulting et Installation). A peine un mois et demi ont été nécessaires pour la mise en production du VPLEX Metro, en fonction depuis Juin 2012.

 Automatisation du PRA et gain de performances

Principal bénéfice, la bascule totalement automatisée des ressources et notamment des ressources de stockage, qui permet d’envisager une reprise d’activité la plus rapide possible en cas de désastre majeur.

VPLEX Metro a en effet la capacité de supprimer les frontières physiques, en autorisant les utilisateurs à accéder à une seule copie des données présentes à divers endroits. La charge est ainsi distribuée de manière transparente entre sites pour davantage de flexibilité et une meilleure gestion des événements planifiés. En cas de désastre ou d’interruption d’un des datacenters, il est donc possible de redémarrer les services affectés sur le site resté actif, afin de minimiser le temps de reprise et les efforts nécessaires. En effet, les applications continuent à s’exécuter sans aucune interruption de service.

Du fait de ses capacités de bascule automatisée, VPLEX a aussi permis au CHU de Nantes d’alléger ses procédures. Jusque là, les équipes devaient assurer la reprise d’activité manuellement, avec des problèmes de logistique et d’arbres de décision complexes qui pouvaient survenir.

Par ailleurs, si l’objectif premier n’était pas tourné sur les performances, le CHU de Nantes a constaté une amélioration notable des latences en écriture sur les deux sites du fait de l’efficacité des très gros caches des clusters VPLEX, et de la réduction de charge sur les baies de stockage servant les environnements virtualisés. A noter que pour les utilisateurs, la mise en place des clusters VPLEX n’a eu aucun impact : les applications métier virtualisées fonctionnent toujours de la même manière.

Enfin, l’outil d’administration Unisphere apporte beaucoup de souplesse notamment dans la gestion des pools de stockage, ce qui permet d’aller plus vite dans la création des ressources et de leur mise à disposition.

«Notre installation VPLEX nous fournit un niveau de continuité d’activité très important : rapide, automatique, et sans intervention humaine.»

Cédric Quillevere
Architecte Système d’Information, CHU Nantes

Les fonctionnalités FAST dopent les performances

Le CHU de Nantes tire aussi parti des fonctionnalités fournies par la suite logicielle FAST, incluant Fast Cache et Fast VP, acquise avec les baies VNX. Ces fonctionnalités d’auto-tiering et de mise en cache des données en fonction de leur criticité sont particulièrement efficaces pour améliorer les performances du stockage.

L’optimisation qui en découle a permis de réduire considérablement les coûts, et la consommation électrique. Le CHU de Nantes utilise ainsi quelques disques Flash (environ 5 % de la capacité de stockage totale) pour traiter 35 % des I/Os, le reste étant désormais stocké sur des disques SATA. Pour Cédric Quillevere, architecte des systèmes d’information au CHU de Nantes, ce sont des atouts pour améliorer considérablement les temps de réponse, mais aussi pour gagner du temps sur la gestion des SLAs. A noter, une partie de la sauvegarde des données est assurée par la solution Avamar de EMC.

Etendre le projet aux environnements physiques

Ne comptant pas s’arrêter en si bon chemin, le CHU entend étendre le projet aux 20 % d’applications non virtualisées.  L’objectif à moyen terme est en effet de pouvoir basculer l’ensemble des ressources de stockage sur le clsuter VPLEX, de manière à disposer du même niveau de tolérance aux pannes et de disponibilité sur les environnements virtualisés et physiques. VPLEX autorise justement ce type de cohabitation entre hôtes virtuels et physiques dans différents emplacements géographiques.