EMC inaugurait son Forum annuel le 19 novembre au Carrousel du Louvre à Paris. L’occasion pour le leader mondial du stockage de revenir sur sa vision de la transformation de l’entreprise par l’IT devant un parterre de plus de 1 000 clients et partenaires. L’occasion également pour les participants de découvrir la vision et les solutions de partenaires comme Cisco, VMware, SAP ou d’intégrateurs comme Telindus, qui ont pu présenter leur approche et la manière dont leurs solutions s’intègrent avec la stratégie d’EMC en matière de stockage, de cloud computing, de Big Data et de sécurisation de l’IT, les quatre grands piliers sur lesquels EMC fondent son activité.

Côté stockage, Amitabh Srivastava, Président de la division Advanced Storage d’EMC venu spécialement des Etats-Unis, est revenu sur la révolution qui frappe actuellement le monde de l’informatique. Selon lui  l’IT est entrée dans sa 3ème révolution, le couple Cloud Computing/Big Data succédant désormais à la génération PC/ Client-serveur qui avait elle-même suivi l’ère des Mainframes et des minis. Et cette nouvelle révolution se traduit par des défis inédits en matière de « scaling ». A l’ère du web et du mobile, ce sont des millions voire des milliards de terminaux qui peuvent accéder à une même application, ce qui pose des défis uniques. Selon Srivastava, « les défis qui se présentent aux concepteurs d’infrastructures sont ceux de la vitesse d’analyse et d’exécution et de la gestion de grands volumes de données ».

emc_platformL’occasion donc pour Amitabh Srivastava, de mettre en avant les dernières annonces du groupe notamment autour d’XtremIO. EMC a officiellement dévoilé début novembre 2013 ses baies de stockage 100 % Flash après près de 6 mois de disponibilité limitée chez certains clients. Srivastava a aussi évoqué le projet de stockage à la demande à grande échelle NILE ou encore  l’offre de virtualisation de stockage simplifiée ViPR (lire à ce propos notre article d’octobre 2013 sur le lancement de ViPR ). Selon le président de la division Advanced Storage d’EMC, VIPR peut être d’une aide précieuse pour toute entreprise qui doit gérer plus d’une baie de stockage.

Retrouvez l’ensemble des présentations d’EMC Forum

 

social-ecn-blueLe programme du Forum et les présentations sur le site d’EMC

 

social-ecn-blueRejoindre la communauté EMC Forum

 

Suivre le rythme des mutations

Dans les datacenters, la disponibilité des données au sein du SI est assurée par les solutions de stockage dont l’intelligence embarquée va permettre de placer les données les plus utilisées sur les disques les plus rapides. La réplication entre deux Datacenter permet de se prémunir contre les défaillances et sinistres va permettre de rendre disponible les données même en cas de sinistre ou de défaillance des matériels.Intervenant après Amitabh Srivastava, Eric Debray, Datacenter & cloud solutions manager chez Cisco, engagé sur ce segment au côté d’EMC et de VMware au travers de leur filiale commune VCE, a souhaité de son côté revenir sur un enjeu déterminant : la capacité des professionnels de l’infrastructure, tant côté serveurs que réseaux, à suivre le rythme imposé par les mutations côté applicatifs. Pour un acteur comme SAP, le rythme des innovations autour des applications est désormais de six mois contre 18 mois il y a quelques années. Il s’agit donc pour Cisco et EMC de promouvoir des technologies « proposant une simplification forte autour de l’unification, notamment serveurs et réseaux ». Le tout en prenant en compte les enjeux du côté des DSI à savoir « faciliter la transition d’un état à un autre que ce soit d’un monde physique à un monde virtuel puis à celui du cloud privé avant d’arriver, plus rapidement qu’on ne le pense si l’on en croit Gartner, au cloud hybride. Le tout en s’inscrivant dans un agenda de plus en plus court et précis et en apportant une garantie quant à l’évolutivité des plates-formes ».

La session d’ouverture a aussi été l’occasion pour le cabinet d’étude Markess International de livrer les résultats d’une étude conduite auprès de décideurs IT en PME sur le Big Data. L’occasion de noter que si 74% d’entre eux sont enclins à croire que le Big Data présente une avancée dans l’optimisation de la prise de décision, 41% des entreprises interrogées n’ont cependant aucune intention de mettre en place des projets de ce type. Le scepticisme sur la visibilité en termes de ROI est dénoncé comme le principal responsable. Reste que, selon Markess, sur les DSI ayant franchi le pas, 23 % affirment avoir réalisé de réelles avancées compétitives grâce à la technologie « Big Data Analytics » et 47 % pensent que les industries qui réussiront utiliseront ce type d’outils.