Au cours du dernier trimestre 2013, Horiba Medical, l’un des spécialistes mondiaux des équipements de diagnostic in vitro dans les domaines de l’Hématologie et de la Chimie Clinique – basé à Montpellier -, a refondu en profondeur son architecture de sauvegarde et de protection de données en s’appuyant sur Networker 8.1 et sur un couple de baies Data Domain DD2500 répliquées sur deux salles différentes dans le cadre d’une architecture de PRA.

Le projet en bref

HORIBAMedical

Secteur

  • Equipements médicaux

Implantations

  • 4 centres de production (Japon, Chine, France, Brésil)
  • 2 centres R&D (Japon, France)
  • Présence commerciale dans 110 pays dans le monde

Salariés

  • Plus de 1.100 salariés dans le monde

Clients

  • Environ 30.000 laboratoires équipés dans le monde

Challenges

  • Améliorer les performances de sauvegarde.
  • Assurer l’évolutivité de la solution en tenant compte de l’accroissement du volume des données.
  • Assurer la sécurisation du dispositif de sauvegarde.
  • Assurer la compatibilité de la solution avec l’infrastructure existante.

Solution retenue

  • Baies Data Domain DD2500
  • Logiciel de sauvegarde Networker 8.1 avec DDBoost
  • intégration et support de l’ensemble de la solution par STORDATA.

Bénéfices observés

  • Sécurité des données.
  • Simplicité d’architecture et d’administration.
  • Performance améliorées de façon drastique

Comme l’explique Frédéric Joneau, l’administrateur système de la firme, Horiba s’appuyait sur une architecture de sauvegarde vieillissante basée sur le logiciel Networker et sur une librairie de bande LTO 4 dont les performances n’étaient plus suffisantes pour faire face aux contraintes de SLA des applications.

Comme la plupart des grandes PME, Horiba exploite un portefeuille applicatif conséquent, incluant notamment des serveurs de fichiers Windows, une solution de messagerie et de travail collaboratif sous Lotus Notes, une application CRM, une GED, des applications métiers, de la CAO… La plupart de ces applications s’appuient sur un socle de bases de données SQL Server. Au total la société exploite une centaine de serveurs virtuels.

Moderniser une architecture qui ne répondait plus aux contraintes de production

« Chaque semaine, nous sauvegardions nos applications les plus critiques avec Networker 7.6 soit une volumétrie de 3To. Avec notre librairie LTO, cette sauvegarde complète de week-end prenait trop de temps, et générait des problèmes au niveau de l’exploitation » raconte Frédéric Joneau. Le solde, soit 6 To de données, était quant à lui sauvegardé sur disque en utilisant la solution Veeam Backup & Replication de Veeam.

« Notre projet de refonte de l’architecture de sauvegarde avait deux objectifs principaux » explique Frédéric Joneau : « venir à bout des problèmes de sauvegarde et simplifier l’administration de la partie logicielle en unifiant la sauvegarde sur une solution unique ».

Début 2013, Horiba lance donc un appel d’offres pour trouver une solution de sauvegarde sur disque à même de remplacer son architecture de sauvegarde sur bande existante et l’assortit d’exigences très précises en matière de fenêtres de sauvegarde. « Nous exigions de nos fournisseurs qu’ils s’engagent à garantir des temps de sauvegarde inférieurs à 24 heures sur une sauvegarde complète de l’ensemble de notre périmètre applicatif – soit 9 To de données » se souvient Frédéric Joneau. Les sauvegardes incrémentales quant à elles ne devaient pas déborder sur la journée de travail. « Mais nous savions que si la solution satisfaisait à la première contrainte, la seconde ne serait pas un problème », ajoute toutefois Frédéric Joneau.

Une solution à base de baies Data Domain et de Networker préconisée par Stordata

A l’automne 2013, Horiba finit par retenir la solution proposée par l’intégrateur Stordata basée sur Networker 8.1 (soit une reconduction et une évolution du logiciel en place) et sur la solution de stockage dédupliqué EMC Data Domain. « Nous connaissions déjà Stordata qui nous fournissait le support sur Networker 7.6 et nous étions satisfaits de leurs prestations. Dans le cadre du nouvel appel d’offres, Stordata et EMC ont pu s’engager sur les niveaux de services que nous exigions ».

horiba

La nouvelle architecture de sauvegarde d’Horiba

« Nous avons présenté à Horiba la solution Data Domain que nous connaissons bien, puisque nous la commercialisons déjà avant qu’EMC ne rachète la technologie » explique Pascal Fontaine qui a suivi le projet d’Horiba côté Stordata.  « Nous avons préconisé une solution couplant Networker 8.1 à deux baies DataDomain DD2500 répliquées entre deux salles, afin de respecter les contraintes de PRA demandées par Horiba. Les performances en déduplication des baies DataDomain ont permis de réduire les fenêtres de sauvegarde de façon drastique et nous avons assorti notre proposition d’engagements fermes en termes de performances – aussi bien en sauvegarde qu’en restauration – et de taux de déduplication ».

La mise en œuvre de la solution débute en novembre 2013 dans le cadre d’une prestation au forfait assurée par Stordata. « Tout s’est passé comme prévu » explique Frédéric Joneau : « L’installation et la configuration des deux baies DataDomain DD2500 dans deux salles distantes d’environ 700 m ont nécessité 10 jours de prestation répartis sur 3 semaines. « La solution a fait l’objet d’une qualification avec analyse de risque et protocole de validation des performances et il n’y a eu aucune réserve. La prestation a été réalisée par quelqu’un qui connaissait bien la solution et l’ergonomie de celle-ci est irréprochable ».

Au cours de l’installation, l’ensemble du catalogue de sauvegarde existant dans la précédente mouture de Networker a été migré sans problème sur la nouvelle infrastructure. « Nous avons profité de la migration pour faire évoluer le serveur de sauvegarde et pour changer le mode de licence de Networker utilisé par Horiba pour le faire basculer vers un mode de licence à la volumétrie qui leur permet d’utiliser librement l’ensemble des modules de la solution. Et nous avons aussi déployé la technologie DDBoost en complément de Networker » explique Pascal Fontaine.

Des gains « spectaculaires »

« Les gains sont spectaculaires » se réjouit Frédéric Joneau : « Actuellement, une sauvegarde complète ne dépasse plus les 10 heures et, en semaine la durée des sauvegardes incrémentales est inférieure à 5 heures On parvient à des taux de déduplication de l’ordre de 98 %. Nous n’avions pas fixé de contraintes sur les temps de restauration, mais nos tests montrent qu’il faut moins de 20 minutes pour restaurer une VM d’environ 100 Go ».

Avec Networker 8.1, Horiba sauvegarde désormais l’ensemble de ses VM en mode image et s’appuie sur l’agent SQL Server pour la sauvegarde de ses bases de données. Une sauvegarde au niveau fichiers est aussi effectuée via Networker pour les serveurs les plus critiques. « La solution est totalement maîtrisée en interne et les documents d’architecture, de configuration et d’exploitation rendus par Stordata sont satisfaisants » explique Frédéric Joneau. Et d’ajouter qu’Horiba dispose aussi d’un contrat de support pour la solution, assorti d’une prestation de service managé assurée par Stordata, qui permet à la firme de disposer d’un reporting et de préconisations hebdomadaires sur son architecture.


À propos de Stordata

Fondé en 1988, Stordata est un intégrateur spécialiste des solutions d’infrastructures informatiques qui a notamment développé une expertise de pointe dans les solutions de sauvegarde et de stockage.

La conception et la mise en œuvre de solutions de sauvegarde et de protection de données ont été le premier métier de la firme à une époque où les solutions de sauvegarde d’entreprise étaient naissantes. Dans ce domaine technique complexe, les ingénieurs de Stordata se sont forgé une solide expérience et une réputation fondée.

Tout au long des années 90, Stordata  a enrichi ses offres d’intégration de sauvegarde en développant une expertise unique des solutions de stockage mutualisé et de réseaux de stockage d’entreprise de type SAN.

Et c’est tout naturellement, que la société a complété son portefeuille dans le courant des années 2000 en ajoutant l’intégration de solutions serveurs à son offre.

Toujours indépendant,  Stordata est aujourd’hui reconnu sur le marché pour son expertise sur la gestion du cycle de vie des données et sur la mise en œuvre d’infrastructures virtualisées. La société compte plus de 130 salariés en France, réalise un chiffre d’affaires d’environ 33 M€ et est rentable. Elle est présente aussi bien en région parisienne qu’en régions avec des agences à Belfort, Bordeaux, Lyon, Montpellier, Nantes et Toulouse, entre autres …