IsilonSD Edge est la déclinaison en machine virtuelle du célèbre NAS haut de gamme de Dell EMC, Isilon, une solution de stockage distribuée qui peut grimper à plus de 50 Po de capacité sans perte de performance. IsilonSD Edge a été conçu pour les bureaux en province ou à l’étranger comme une fenêtre d’accès vers le NAS installé dans le datacenter de l’entreprise. Grâce à cette solution 100% logicielle, ces sites peuvent partager des fichiers avec le reste de leurs collègues comme s’ils se trouvaient sur le même réseau local.

Dans une approche Big Data, IsilonSD Edge permet également aux outils d’analytique d’aller piocher leurs données jusque dans les disques des filiales sans passer par une passerelle, ce qui nuirait à la rapidité des recherches.

Enfin, IsilonSD Edge évite de devoir installer des systèmes d’archivage sur chacun des sites de l’entreprise : il suffit que les collaborateurs des bureaux distants déposent les fichiers à sauvegarder sur leur NAS virtuel IsilonSD Edge local pour qu’ils soient automatiquement accessibles aux systèmes d’archivages déployés dans le datacenter du siège.

Un vrai NAS Isilon d’appoint

Dans le plus pur style des solutions de Software Defined Storage (SDS), IsilonSD Edge servira surtout à bâtir pour un prix modique un NAS à partir d’un cluster de serveurs génériques. Selon le bureau d’analystes ESG, la demande en la matière serait forte : 61% des clients Dell EMC ont plus de 100 immeubles de bureau et les deux tiers de ceux-ci ont besoin d’au moins 10 To d’espace en NAS dans chacun des bureaux.

 

En pratique, la machine virtuelle IsilonSD Edge doit être exécutée sur l’hyperviseur ESX de VMware. Celui-ci lui apporte le contrôle des disques au travers de son propre SDS, VSAN. IsilonSD Edge intègre ensuite jusqu’à 36 To de disques dans sa capacité de stockage. Ces disques sont répartis sur 6 nœuds dans le cluster que gère VSAN. L’ensemble est géré au travers de la console d’administration habituelle de VMware.

Bien entendu, un NAS virtuel IsilonSD Edge n’atteint pas la capacité ni les performances maximales d’un Isilon physique ; les nœuds du premier seront vraisemblablement reliés en réseau Ethernet 10 Gbits/s, alors que ceux du second communiquent en 40 Gbits/s au travers de liens QDR Infiniband. Néanmoins, ces deux configurations fonctionnent avec exactement le même système : OneFS 8.

Isilon_innovation_DayMieux qu’une protection RAID

L’un des avantages de OneFS sur les NAS traditionnels est qu’il répartit automatiquement les données sur tous les nœuds. Cela permet d’éviter de perdre des informations si un nœud tombe en panne. C’est le principe du RAID. Sauf que OneFS n’utilise pas la technologie RAID, mais FlexProtect. La différence ? Basée sur des concepts mathématiques plus élaborés, FlexProtect offre une protection contre quatre défaillances simultanées, qu’elles surviennent au niveau des nœuds, comme au niveau des disques. Mieux, le temps de reconstruction des données après défaillance est réduit car FlexProtect gère les informations de protection par fichier. C’est-à-dire qu’il ne restaure que ce qui a disparu et, en travaillant de concert avec AutoBalance, va trouver de la puissance de calcul disponible parmi un grand nombre de contrôleurs.

Il est à noter que OneFS n’attend pas qu’une défaillance arrive. Surveillant en permanence le cluster, il détecte les menaces de pannes et réalloue les fichiers vers les ressources les plus saines de manière transparente, tout en signalant à l’administrateur l’émergence d’un problème. Différents niveaux de protection sont possibles. On les définit par des règles pour chaque répertoire.

Extensible avec les outils Isilon traditionnels 

De la même manière, la licence d’IsilonSD Edge donne accès aux autres logiciels fournis avec les machines Isilon. Citons les logiciels de sauvegarde SnapshotIQ et SyncIQ. Le premier peut créer jusqu’à 20.000 snapshots sur un cluster Isilon avec des restaurations qui ne durent généralement qu’une seconde. Le second réplique les fichiers de manière asynchrone et continue vers un site tiers.

A sa sortie, en fin d’année dernière, IsilonSD Edge était accompagné de Cloud Pool, une autre extension du monde Isilon. Cloud Pool a vocation à déménager les données dormantes vers des capacités de stockage en cloud privé ou public et, ce, afin de réserver le maximum d’espace en local aux fichiers auxquels les utilisateurs accèdent le plus souvent. Cloud Pool est compatible avec AWS, Azure et tous les clouds basés sur des infrastructures VMware ou sur des machines ECS d’ de Dell EMC.