Depuis 2004, PIXID  propose des services SaaS pour digitaliser toute la gestion des ressources temporaires « Notre plateforme en ligne permet notamment d’émettre les contrats des intérimaires, de les signer électroniquement, de produire les bulletins de salaire et les relevés d’activité ou encore d’assurer toute la traçabilité d’une mission. Notre solution est disponible pour toute taille d’entreprise, du grand compte à la TPE. », résume Patrick Foubert, le Directeur technique et RSSI de PIXID.

Améliorer l’infrastructure pour suivre la croissance de l’activité

Aujourd’hui, 90% des agences pour l’emploi (environ 500 enseignes), qui placent des intérimaires dans les entreprises françaises, proposent systématiquement les services de PIXID. La plateforme traite chaque jour plus de 100 000 missions d’intérim pour plusieurs milliers d’entreprises et héberge un total de 46 millions de documents dématérialisés. L’offre est un succès, qui va même au-delà du périmètre initialement couvert par l’infrastructure de l’éditeur. « Alors que nos services ne concernaient initialement que les grandes entreprises, nous avons commencé à adresser il y a trois ans les PME puis les TPE. Cela a démultiplié le nombre de nos utilisateurs sur cette période, augmentant le trafic sur notre plateforme de 270% », indique Patrick Foubert.

Le projet en bref

Pixid.fr

Secteur

  • Plateforme de digitalisation de la gestion des ressources temporaires de l’entreprise (intérim, CDD, freelance, prestations intellectuelles)

L’entreprise

  • 10 M€ en 2015 (+35% en un an)

Challenges

  • Passer d’un traitement journalier de 100 000 missions françaises à un potentiel de plusieurs  centaines de milliers de missions européennes, grâce au Flash et au SAN 8 Gbits.
  • Chiffrer les données sans consommer des ressources de calcul
  • Assurer la continuité du service avec une écriture en miroir sur un site de secours

Solution retenue

  • 1 baie XtremIO de 20 To 100% Flash sur chaque site
  • 1 module de synchronisation VPLEX sur chaque site
  • Appliances Avamar + DataDomain sur chaque site

Bénéfices du projet

  • La latence des processus complexes a été réduite de 30%
  • Il n’y a plus aucun ralentissement des services, même lors des opérations d’exploitation

De plus, fin 2015, suite au rachat par le fonds d’investissement Keensight Capital, PIXID voit s’ouvrir les portes de plusieurs marchés européens. « La France comptait déjà un potentiel de 500 000 à 600 000 intérimaires. Il y en a 800 000 en Allemagne. Nous exporterons également nos services au Royaume-Uni, en Belgique, aux Pays-Bas. Selon moi, le moment était venu de moderniser drastiquement notre infrastructure afin de pouvoir suivre la croissance de notre activité », lance Patrick Foubert. Pour succéder à ses baies de disques mécaniques en 1 Gbits, il convoite du stockage 100% Flash, du SAN 8 Gbits/s et du réseau 10 Gbits/s.

Outre les performances, PIXID a aussi pour objectif de séduire ses nouveaux clients en certifiant la fiabilité et la confidentialité de ses services. « Notre plan de reprise d’activité dupliquait les données du site principal vers un site de secours avec des intervalles de 15 minutes. C’était alors suffisant pour garantir l’intégrité des données mais nous voulions un véritable stockage en mode miroir sur les deux sites, pour pouvoir continuer l’activité en cas d’incident. Concernant la sécurité, notre processus de chiffrement nous coûtait du temps de calcul, temps qui n’était de fait plus disponible pour traiter l’excédent des demandes de nos nouveaux utilisateurs. Il fallait donc trouver une solution de stockage qui intègre la technique DARE (Data At Rest Encryption) pour ne pas impacter nos serveurs », témoigne Patrick Foubert.

XtremIO pour les performances et le DevOps

Après une consciencieuse étude de marché, Patrick Foubert opte pour une solution Dell EMC XtremIO.  « Deux raisons ont orienté notre choix. Tout d’abord, la performance et le chiffrement à la volée répondent particulièrement bien à nos besoins. A 100 000 IOPS, la baie XtremIO supporte tellement d’accès parallèles que nous pouvons même effectuer nos opérations de sauvegarde (snapshots, copie de données, etc.) sans impacter nos utilisateurs. Sur nos baies précédentes, ces opérations pouvaient saturer les accès et nous préférions les faire durant les heures creuses » constate Patrick Foubert. PIXID parviendra même à activer 30 000 nouveaux comptes d’intérimaires en même temps – un record – sans engendrer aucun ralentissement. « XtremIO nous rend donc plus efficace et nous permet d’augmenter la satisfaction de nos clients puisque personne ne subit d’indisponibilité du service », ajoute-t-il.

L’autre raison est que la baie XtremIO intègre aussi la déduplication et la compression à la volée, ce qui ouvre à  l’équipe DevOps de PIXID  de nouvelles perspectives de développements agiles. « La déduplication/compression nous permet de consolider nos environnements de production et de tests sur la même baie. Avec une réduction de la taille des données de 3 pour 1, nos applications de production n’utilisent que 30% de l’espace disponible et tout le reste peut servir à héberger ponctuellement une grande quantité d’applications en tests. Ce qui tombe à pic car nos utilisateurs réclament désormais des nouvelles fonctions d’un mois sur l’autre. Mais développer aussi vite, par sprints, demande de multiplier les tests et, donc, d’avoir de l’infrastructure disponible derrière pour les dérouler. Avec XtremIO, nos développeurs ont de l’espace Flash pour mettre au point leurs nouvelles versions, nous n’avons pas à maintenir pour eux des baies supplémentaires qui, de surcroit, ne seraient pas aussi puissantes », expose le Directeur technique.

Un support proactif, une interface simple et de la sérénité

PIXID choisit donc de déployer une X-Brick XtremIO de 20 To sur chacun de ses deux sites, tous deux connectés par une fibre noire et un module VPLEX pour assurer l’écriture en miroir. Le passage aux baies XtremIO s’est accompagné du déploiement de nouveaux serveurs en lame avec du FiberChannel 8 Gbits pour le SAN et de l’Ethernet 10 Gbits. Des appliances Dell EMC Avamar s’occupent d’exécuter les sauvegardes et celles-ci sont stockées par des appliances Dell EMC DataDomain qui se chargent de les dédupliquer et de les répliquer sur le site distant.

« La migration de notre ancienne infrastructure vers la nouvelle s’est déroulée sans heurts durant les mois de printemps et d’été, nous n’avons eu aucune mauvaise surprise et notre calendrier a été respecté. Le déploiement des deux baies XtremIO est assez simple, Dell EMC nous a accompagnés pour trouver la meilleure configuration des VPLEX et, finalement, le plus complexe aura surtout été de câbler tout cette nouvelle infrastructure entièrement redondée, avec des chemins en fibres optiques 10 Gbits entre les différentes baies des deux sites distants», se souvient Patrick Foubert. Il ajoute que Dell EMC est particulièrement prévenant : « au moindre incident, leur équipe support prend la main à distance sur notre infrastructure. Ils nous apportent une aide proactive », se réjouit-il.

Patrick Foubert apprécie par ailleurs l’ergonomie de la console d’administration sur XtremIO ; elle est selon lui meilleure que celle des produits concurrents. « Nos serveurs sont virtualisés et, à ce titre, bénéficier d’une interface graphique pour piloter la baie de stockage simplifie grandement notre travail », dit-il.

La solution complète est en production depuis mi-septembre dernier. « Nous supervisons les performances de notre plateforme avec AppsDynamics (un outil de gestion et surveillance des performances applicatives, ou APM, ndr). Depuis sa console, les bénéfices de la baie XtremIO nous ont immédiatement sauté aux yeux.  Le temps de traitement de certains processus complexes, typiquement celui de la signature électronique des documents, a baissé de 30%. Nous sommes désormais beaucoup plus sereins quant à la croissance de notre activité », conclut Patrick Foubert.