Avec la fusion entre Dell et EMC, « les clients PME de la nouvelle entité Dell EMC ont aujourd’hui à leur disposition un portefeuille de solutions de stockage Flash sans équivalent sur le marché », explique Alexandre Hermier, en charge des équipes avant-vente ‘modern infrastructure’ du constructeur.

Le catalogue du constructeur inclut aujourd’hui deux offres de baies 100 % Flash, pensées pour les besoins des PME, l’offre StorageCenter 4020 (ex-Compellent) et l’offre Unity All Flash. Et ce portefeuille est aussi complété par l’offre grandissante de solutions hyperconvergées 100 % Flash des gammes VxRail (sur base VMware VSAN) et XC (sur base Nutanix), permettant ainsi de répondre aux besoins de toutes les PME, quelle que soit leur stratégie d’infrastructure.

Des baies aux caractéristiques différentes, mais qui se complètent

Comme l’explique Alexandre Hermier, les baies SC Series et Unity All Flash sont des offres très complémentaires et qui disposent déjà de solides bases installées. De façon générale, l’offre SC Series est positionnée pour répondre aux besoins des budgets les plus serrés, tandis que l’offre Unity offre des services plus riches.

« L’offre Compellent est positionnée de façon plus agressive. Cela s’explique par certains choix techniques » indique ainsi Alexandre Hermier. Les baies Unity, par exemple sont des systèmes unifiés qui proposent à la fois des services en mode SAN et en mode NAS. Leurs contrôleurs sont dimensionnés en conséquence. Les baies SC n’offrent en standard que des services de stockage en mode blocs et il faut leur adjoindre des contrôleurs externes Fluid File System pour bénéficier de services NAS.

Cette différence fonctionnelle se retrouve en matière de réduction de données. Ainsi, les baies SC embarquent des services de compression et de déduplication en mode post-process — un processus qui se déclenche par défaut tous les jours à 19 h. Les baies Unity intègrent quant à elle des fonctions de compression de données en mode inline.

« Cette différence dans les approches en matière de réduction de données est un critère important pour choisir sa baie », affirme Alexandre Hermier. « Le fait que la réduction de données se fasse en mode inline ou postprocess a un impact sur le fonctionnement de la baie. Il faut donc faire attention aux fenêtres d’opération. Un processus inline induit une fenêtre opérationnelle de 24h/24 en termes de performance et une lecture instantanée de la capacité disponible. En mode post-process, la baie n’affichera la capacité disponible réelle que lorsque le traitement post-process aura eu lieu et durant ce traitement les ressources de la baie seront partagées entre les demandes d’accès des applications et le traitement post-process lui-même, ce dont il faudra tenir compte dans la planification du traitement post-processing ».

Du fait de son utilisation combinée de la compression et de la déduplication de données, une baie SC peut offrir un meilleur rapport coût par gigaoctet qu’une baie Unity indique Alexandre Hermier. « Pour un client disposant d’un budget très serré, l’offre SC est donc en général la mieux adaptée ». De même, elle offre sans doute le meilleur rapport capacité/performance/prix pour les PME ayant besoin de performances en journée, mais dont l’activité se réduit après 19 h.

À l’inverse, avec son mécanisme de compression de données en temps réel, Unity offre des performances prévisibles à tout instant. Elle est donc souvent mieux adaptée pour les entreprises exécutant des processus transactionnels 24 h/24.

Des modèles de licences différents

Une autre différence porte sur les modèles de licence. Dans les baies Unity 100 % Flash, la simplicité est de mise, car toutes les fonctions de la baie sont incluses dans la licence, alors que sur les baies SC, les licences de réplication sont optionnelles comme la possibilité d’avoir un service de fichiers. Cela n’aura pas d’impact sur une entreprise monosite, mais cela peut faire la différence pour une société souhaitant acquérir deux baies et répliquer les données entre elles.

Un dernier atout propre aux baies Unity est qu’elles sont proposées à la fois sous forme d’appliances matérielles et logicielles. L’appliance Unity VSA peut parfois être un atout : elle peut, par exemple, être configurée comme cible de réplication à bas coût pour un plan de reprise après sinistre.

Pour les clients utilisant déjà l’une des deux offres, l’approche logique est en général de capitaliser sur l’expertise existante et de recommander une évolution vers un modèle 100 % Flash, indique Alexandre Hermier : « Mais nous avons déjà été confrontés à des situations où des clients VNX ont souhaité migrer vers les baies SC pour abaisser leurs coûts et où des clients SC ont migré vers Unity, car ils étaient séduits par l’approche unifiée ».

Comme l’explique Alexandre Hermier, « c’est l’avantage d’offrir un large choix. Cela nous permet dans toutes les situations de proposer à nos clients l’offre la plus adaptée à leurs besoins tout en leur permettant de réajuster en fonction de l’évolution de leurs applications et de leurs besoins métiers ».