Après plusieurs années au carrousel du Louvre, le Dell Technologies Forum (anciennement Dell EMC Forum), se tenait cette année dans un autre lieu emblématique, le Paris La Défense Arena (ex -U Arena), une enceinte couverte qui accueille notamment les matchs du Racing 92, mais aussi de multiples concerts et spectacles.

L’événement s’est peu à peu imposé comme l’un des grands événements français pour les responsables IT et il est aussi un lieu de rendez-vous et d’échanges incontournable pour les clients et partenaires de Dell Technologies.

L’ensemble des sociétés du groupe étaient présentes sur le Forum dont bien sûr Dell et Dell EMC, mais aussi VMware, RSA, Virtustream, Pivotal et SecureWorks.

Dell Technologies : une année 2018 marquée par une très forte croissance

Comme l’an passé le Keynote du Forum s’est ouvert avec une présentation de Stéphane Huet et Stéphane Barberet, les deux co-dirigeants de Dell EMC France, qui ont fait le point sur la performance exceptionnelle du constructeur.

Le premier semestre fiscal 2019 de Dell Technologies,achevé le 4 août, s’est conclu sur une hausse de 18 % du chiffre d’affaires sur un an et il a notamment été marqué par la performance des activités infrastructure (portées par Dell EMC).  Sur l’ensemble du premier semestre, Dell Technologies affiche un chiffre d’affaires de 44,3 milliards de dollars.

Les ventes de serveurs et d’équipements réseau ont ainsi bondi de 37 % par rapport aux six premiers mois de l’année fiscale 2018, tandis que les revenus stockage progressaient de 12 %. Les ventes de PC professionnels ont quant à elles augmenté de 14 % sur un an tandis que celles des PC grand public gagnaient 10 %.

Des entreprises confrontées à de multiples impératifs de transformation

La matinée s’est poursuivi par le keynote « Innovate for the future » de Patricia Florissi, la VP et CTO de Dell EMC, qui a notamment expliqué que les entreprises sont confrontées à quatre types de transformations.

  • La transformation numérique, tout d’abord, qui porte sur la transformation des business models de l’expérience utilisateur et des produits que l’entreprise propose à ses clients.
  • La transformation IT associée, qui porte sur la modernisation des infrastructures — visant à réduire les coûts opérationnels et à accroître l’agilité — et sur la transformation des applications.
  • La transformation des ressources humaines, qui vise à former les salariés et à les doter des outils et des technologies nécessaires pour accomplir leur mission.
  • En enfin la transformation des approches en matière de sécurité, qui est transversale aux trois autres types de transformations.

Des entreprises françaises à la traîne dans leur transformation numérique

Enfin, Dell Technologies et Intel ont profité de la matinée pour présenter les résultats de l’étude Digital Transformation Index, menée par le cabinet Vanson Bourne auprès de 4600 dirigeants d’entreprises dans 42 pays, dont 150 en France.

Selon l’étude, 30 % des dirigeants français craignent que leur entreprise ne devienne obsolète d’ici 5 ans. La raison est simple selon Vanson Bourne. Selon l’index de transformation digitale, seules 4 % des entreprises françaises sont des « Digital Leaders », ce qui signifie que la transformation numérique, quelle que soit sa forme, fait partie intégrante de leur ADN.

17,3 % sont considérées comme des « Digital Adopters » : elles disposent d’un plan digital mature et ont déjà réalisé des investissements et des innovations. 18 % sont décrites comme des « Digital Evaluators » par Vanson Bourne. Selon le cabinet d’études, elles réalisent leur transformation avec prudence et par étapes, en planifiant et en investissant pour l’avenir

35,3 % sont des « Digital Followers ». Leurs investissements dans le numérique sont faibles et elles tentent timidement de planifier l’avenir. Enfin, l’étude considère que 25,3 % des entreprises sont des « Digital Laggards ». Elles n’ont pas de plan digital et n’ont effectué que des investissements limités en matière de transformation numérique.

Par rapport à la même étude réalisée en 2016, l’évolution en tête du classement est faible même s’il y a une progression de la proportion de « Digital Adopters ». Cependant, encore trop d’entreprises n’ont pas entrepris de démarche de transformation et n’ont pas de plan pour l’avenir. Une situation qui s’est aggravée en deux ans.

Les freins à la transformation sont essentiellement budgétaires et humains, 36,7 % des entreprises expliquant n’avoir pas les budgets ou les ressources pour mener leur transformation, tandis que 25,3 % indiquent manquer des savoir-faire et de l’expertise interne et faire face à des problèmes de sécurité des données et de cyber sécurité (25,3 %)

Pour remédier à cette situation, les entreprises interrogées mettent en avant plusieurs pistes d’investissement pour les trois prochaines années. La cyber sécurité figure au premier rang pour 44,7 % des répondants, devant l’intelligence artificielle (37,3 %), les environnements multicloud (27,3 %), l’IoT (23,3 %) et les systèmes cognitifs (21,3 %).